Les 10 films de guerre les plus poignants de tous les temps

19

Les films de guerre font partie des genres de films les plus anciens qui existent – et aucun autre semblable ne suscite de nombreuses discussions. Ces dix films montrent des gens dans des situations limites absolues.

L’histoire de l’humanité est traversée par les conflits armés. Les historiens ont dénombré plus de 14 400 victimes qui ont historiquement témoigné des guerres. Les guerres sont donc vraiment terribles.

Dans ce classement, les termes «films de guerre» sont assez largement interprétés et ne sont pas délimités par «films anti-guerre». Sous le terme «film de guerre», nous incluons ici toutes les œuvres cinématographiques dans lesquelles la guerre représente une partie substantielle de l’action – dans certains cas comme arrière-plan essentiel. Cela peut et doit expliquer comment l’œuvre cinématographique donnée possède potentiellement ces qualités et démontre eux.

Les 10 films de guerre les plus touchants de tous les temps:

1 Liste de Schindler (1993)

Rouge et mort

Le perfectionniste Steven Spielberg a filmé le roman «L’Arche de Schindler» de Thomas Keneally. Le réalisateur avait déjà mis en scène des films comme «Hook» ou «Jurassic Park», qui peuvent être considérés comme du cinéma pop-corn solide, tandis que «Schindler’s List» traite de l’extermination des Juifs en Allemagne nazie.

Mais Spielberg a surpris ses critiques avec une adaptation exceptionnelle de la véritable histoire de l’industriel allemand Oskar Schindler, qui a sauvé 1 200 Juifs de la mort dans le camp de concentration d’Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Schindler’s List» a remporté sept Oscars, dont celui du meilleur réalisateur et du meilleur film.

L’une des scènes d’horreur les plus poignantes est le sort d’une jeune fille cachée lors de l’évacuation d’un ghetto devant des soldats allemands.

2 La vie est belle (1997)

Se moquer des horreurs

Une comédie sur fond de l’Holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale, semble absurde et inappropriée. Mais Roberto Benigni prouve de manière très impressionnante le contraire avec «Life is Beautiful». Le prix tragicomédie en 1999 du meilleur film en langue étrangère avec l’Oscar était la récompense.

Le libraire juif Guido vit sa vie dans une petite ville italienne et finit par gagner le cœur de sa bien-aimée Dora. Mais après une courte période de bonheur, ils sont déportés avec son fils Giosuè dans un camp de concentration. Calmer son enfant, prétend Guido, ne peut être géré que par un jeu.

Le réalisateur Roberto Benigni, dont le père a lui-même été emprisonné deux ans dans le camp de concentration de Bergen-Belsen, réussit à bien des égards à fournir un équilibre impressionnant. Il a non seulement réalisé le film, mais incarne également le sympathique Schlitzohr Guido. Il assure également que l’horreur comique du camp de concentration ne sape pas, mais est plutôt soulignée plus clairement.

3 Apocalypse Now (1979)

Horreur et folie

Francis Ford Coppola avec «Apocalypse Now» deux modèles très différents fusionnés en un chef-d’œuvre cinématographique.

Pendant la guerre du Vietnam, le capitaine Willard reçoit l’ordre d’amener le renégat colonel Kurtz à la recherche de qui s’est caché au Cambodge et n’a pas répondu aux commandes. Cependant, avant d’en venir à un rassemblement de Willard et Kurtz, les téléspectateurs ont vécu un tour de force des horreurs de la guerre et des profondeurs de l’âme humaine.

L’une des séquences les plus mémorables et les plus poignantes – avec seulement deux Oscars pour un son et une caméra excellents – est certainement celle de l’attaque par hélicoptère d’un village vietnamien, qui est accompagnée de la musique de la «Chevauchée des Valkyries» de Richard Wagner. La folie de la guerre est particulièrement bien documentée par le colonel Kilgore et son commandement irrationnel de surfer au milieu d’un bombardement.

4 La chute (2004)

La folie de près

Oliver Hirschbiegel a mis en scène «The Downfall» d’après un scénario de Bernd Eichinger, basé sur diverses sources telles que l’œuvre éponyme de l’historien Joachim Fest. Le film a été nominé en 2005 pour un Oscar.

Le film montre la disparition du Troisième Reich. La présentation se concentre sur les événements du Führerbunker de Berlin (le bunker d’Hitler) pendant les derniers jours de la guerre. Cependant, de nombreuses personnalités du régime nazi apparaissent dans le film.

Le film emmène le spectateur à travers l’étroitesse du bunker et la perspective des conditions à proximité. Un formidable Bruno Gans qui a dépeint Hitler dans une performance épique.

Corinna Harfouch est convaincante dans le rôle de la trompée Magda Goebbels, qui tue ses enfants plutôt que de les faire grandir dans un monde sans national-socialisme.

5 peloton (1986)

Les soldats sont des meurtriers

Il y a 25 ans, Oliver Stone a réalisé «Platoon» comme l’un des films de guerre les plus réussis et les meilleurs sur le Vietnam, dont il a également écrit le scénario. Le travail a été récompensé par des Oscars dans les catégories Film, Réalisateur, Montage et Son.

«Platoon» illustre la dure réalité de la guerre du Vietnam à l’exemple du premier soldat quelque peu naïf Chris Taylor. Le point culminant final du film est une attaque dévastatrice de l’armée populaire nord-vietnamienne.

Oliver Stone montre la mort omniprésente et les soldats, qui semblent avoir perdu tous les scrupules. Ils tuent non seulement les combattants ennemis, mais aussi des civils. Certains essaient leurs pulsions sexuelles imprudentes pour satisfaire ou endurer la réalité uniquement par l’usage de drogues.

6 Veste entièrement en métal (1987)

Formation et expérience de guerre

La première partie du film décrit l’exercice impitoyable que les recrues doivent endurer dans le camp d’entraînement américain sur Parris Islande. Ce n’est pas sans sacrifice. Ensuite, l’intrigue est brusquement déplacée au Vietnam. Malgré le changement de lieu, il existe plusieurs parallèles entre les deux moitiés superficiellement très différentes du film.

Stanley Kubrick a créé plusieurs séquences poignantes dans «Full Metal Jacket» qui restent encore dans la mémoire des téléspectateurs et interrogent la guerre plus subtile que beaucoup d’autres films du genre.

7 Sauver le soldat Ryan (1998)

Horreurs concentrées de la guerre

Steven Spielberg dans «Saving Private Ryan» a dépeint les horreurs de la Seconde Guerre mondiale.

Le film a reçu cinq Oscars pour la meilleure photographie, le meilleur réalisateur, le meilleur montage, le meilleur son ainsi que le meilleur éditeur d’effets sonores.

L’état-major américain envoie une équipe spéciale pour le retour en toute sécurité du soldat James Ryan. Trois frères de James sont déjà tombés auparavant pour le service de leur pays. James doit donc être découvert et renvoyé chez lui en toute sécurité.

Du point de vue des soldats individuels, le spectateur fait l’expérience de la grêle massive de balles et des morts omniprésentes presque partout.

8 Johnny a son arme (1971)

Vivant mais mort

Basé sur le roman «Johnny Got His Gun». Le film ne l’a fait que dans le programme officiel du Festival de Cannes. Il a ensuite reçu le Grand Prix du Jury.

Le film dépeint le sort du jeune Johnny, déjà fasciné en tant qu’enfant des armes. Avec l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, il s’est porté volontaire pour le service militaire et reçoit le titre sarcastique «Johnny a son arme». Sur le champ de bataille, il est blessé, survécu mais gravement blessé.

Saisir le sort du personnage principal est montré. Harry ne mourra pas, mais ce qu’il en adviendra est probablement pire que la mort. En raison de ses blessures massives, il survit comme un simple torse sans bras ni jambes.

De plus, il est privé de tout son sens et ne peut ni entendre, ni sentir, ni voir ni même parler. Ainsi, il est presque complètement isolé du monde extérieur, mais toujours pleinement conscient. À cette fin, contrairement aux tentatives du monde extérieur de l’exploiter, alors qu’il ne veut que mourir.

9 La botte (1981)

Guerre claustrophobe

Il y a trois décennies, Wolfgang Petersen tournait «Le bateau» basé sur un roman de Lothar-Günther Buchheim. Le casting à bord comprend des artistes célèbres tels que Jürgen Prochnow, Klaus Wennemann, Herbert Grönemeyer Jan Fedder, Martin Semmel Rogge, Claude-Oliver Rudolph et Uwe Ochsenknecht.

Ce film allemand a été nominé pour six Oscars. Le film se déroule principalement sur le U-boat U 96, envoyé pendant la Seconde Guerre mondiale pour détruire les navires marchands et les convois ennemis. Mais ces cibles sont bien protégées et bientôt U 96 et l’équipage font face à des dangers mortels.

Wolfgang Petersen a dirigé la tension claustrophobe dans le ventre du U 96 d’une manière extrêmement impressionnante. Une lutte particulièrement poignante pour la survie de l’équipage est décrite alors que le bateau coule de manière incontrôlable, menace d’éclater et l’air respirable s’épuise.

10 chemins de la gloire (1957)

L’absurdité de la guerre

Le premier travail de Stanley Kubrick, «Paths of Glory», même après cinq décennies, n’a rien perdu de sa fascination. Le film a été réalisé à cette époque pour seulement 900 000 $ US à Munich (Allemagne) et est considéré comme un classique du genre.

De nombreux films de guerre traitent des crimes des soldats sur le terrain. «Paths of Glory», cependant, présente l’absurdité de la direction militaire. Les ordres sont émis sans une meilleure connaissance. La scène la plus poignante est certainement l’exécution de trois soldats innocents.

Source d’enregistrement: www.wonderslist.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More