10 idées fausses sur la loi et l’ordre en Inde

0

La Constitution de l’Inde établit le cadre du système juridique de l’Inde. Adoptée en 1949, c’est la plus longue constitution écrite au monde. Naturellement, il y a beaucoup d’idées fausses parmi les Indiens au sujet du système juridique. Clarifions les doutes concernant certains des problèmes fondamentaux:

Les idées fausses courantes sur la loi et l’ordre en Inde:

1 Le pot-de-vin n’est pas une infraction

L’idée commune est que seul le pot-de-vin peut être condamné, et non le pot-de-vin. Cependant, selon la loi de 1988 sur la prévention de la corruption, le fait de donner un pot-de-vin est une infraction aussi grave que de le prendre, et le donateur est passible de la même peine que le séquestre.

2 L’article 233 de l’IPC autorise le meurtre gratuit de l’agresseur par une femme

Bien qu’il soit largement diffusé par les gens, l’article 233 de l’IPC est une nouvelle loi qui permet à une femme de blesser ou de tuer un homme si elle est agressée sexuellement, et de s’éloigner librement. Le concept dans son ensemble est défectueux et les informations sont incorrectes. C’est l’article 376 IPC qui traite des lois sur le viol, qui déclare la punition à l’agresseur. Le crime contre les femmes est traité en vertu de l’art. 363-372, 302, 304B, 498A, 354, 509, 294 et 366B IPC. Aucun d’entre eux ne permet de tuer ou de blesser sans discernement l’agresseur. Bien que les articles 100 et 96 de l’IPC permettent une défense privée lors d’une agression physique, quels que soient les dommages causés dans le processus, la femme est tenue de fournir elle-même la preuve du crime ou le récit des témoins. Seconde. 97 L’IPC permet à une personne associée à la femme agressée d’attaquer l’agresseur pour la défendre, mais,

3 Conformément à l’article 377 de l’IPC, les homosexuels sont des criminels

377 IPC criminalise uniquement les actes charnels ou sexuels «contre l’ordre de la nature». Cela ne s’applique pas nécessairement aux membres de la communauté lesbienne / gay / bisexuelle / transgenre / intersexe / queer. Il est uniquement limité aux actes de coït de manière «non conventionnelle», et cela peut également se référer aux couples hétérosexuels consentants. Il n’y a aucune raison légale de condamner ceux qui ont une orientation sexuelle alternative ou un troisième sexe, ou pour des actes comme se travestir, être efféminé, se tenir la main ou s’asseoir ensemble dans le parc le jour de la Saint-Valentin, etc.

4 Dotation et héritage

La dot donnée à une femme lors de son mariage et l’héritage ancestral sont souvent confondus. Cependant, ces deux sont absolument différents. Donner de la dot est une mauvaise pratique qui s’est répandue de génération en génération. Tout a commencé par une noble cause de donner à la mariée une part de l’héritage pour l’aider à commencer sa vie et à avoir des actifs sur lesquels se rabattre. Mais, il a pris la forme de cadeaux sous forme de bijoux, de meubles, de maison, de véhicule à moteur, d’argent liquide, etc., pour lesquels la mariée et ses parents subissent souvent de fortes pressions, conduisant à de nombreux délits. La dot est interdite en vertu de la Dowry Prohibition Act en vertu de l’art. 498A IPC mais, la pratique est toujours en vogue. La dot et l’héritage ne sont pas la même chose. Seconde. 498A ne prive pas une fille de son droit ni ne participe au testament, ni ne donne de dot.

5 Retrait et non-validité des billets de banque

La panique et les inquiétudes ont été imprégnées dans l’esprit des Indiens au sujet du retrait des billets de banque et de la non-validité des billets avec des gribouillis dessus. Ceci n’est que partiellement correct, car RBI a déclaré qu’elle retirerait tous les billets émis avant 2005, et a demandé aux clients d’échanger ces billets dans les banques, et a notifié qu’ils devront présenter une preuve d’identité et résidentielle pour l’échange de plus. plus de 10 morceaux de 500 et 1000 billets après le 1er juillet 2014. Cependant, RBI a précisé qu’elle n’a émis aucune instruction sur la non-acceptation des billets griffonnés.

6 Viol conjugal et article 376 IPC

L’article 376 de l’IPC traite du viol, mais il ne punit pas un homme pour s’être imposé à sa femme contre son gré. Bien qu’après 2012, les lois sur le viol en Inde aient été revues et élargies, le Parlement a rejeté les appels du Comité Verma pour punir le viol conjugal. L’idée communément erronée a été développée dans l’esprit des Indiens ordinaires par des feuilletons télévisés et des films qu’une femme a le droit de porter plainte contre un mari abusif sexuellement. Cependant, il n’y a pas de loi contre le viol conjugal en Inde, qui, ironiquement, repose sur l’idée erronée archaïque qu’une femme est la propriété de son mari.

7 La police et sa responsabilité envers les partis politiques

Le plus haut rang des forces de police de l’État indien est celui de directeur général, qui relève du ministre de l’Intérieur. Étant donné que la police est responsable devant la loi et non devant les partis politiques, il est au-delà du droit des membres du parti politique d’utiliser les services de la police pour leur gain personnel ou même pour le bien-être du parti. Par conséquent, la police ne peut pas agir sur les instructions des dirigeants politiques, sans une enquête ou des preuves appropriées.

8 Arrestation et convocation au poste de police

Il n’appartient pas à la police de décider qui est un criminel et d’agir en conséquence. Ils ne peuvent pas arrêter sans mandat ni forcer quelqu’un à se rendre au poste sans instruction écrite. Les femmes et les enfants de moins de 15 ans doivent être interrogés dans leur maison et les femmes ne peuvent être arrêtées après le coucher du soleil tant qu’il n’y a pas d’ordre écrit et que les femmes gendarmes sont présentes. Étant donné que la police ne peut pas maltraiter physiquement une personne détenue, la personne peut demander un contrôle corporel pour les blessures avant l’arrestation.

9 FIR et crimes cognisables

Les gens ne savent souvent pas quand ils peuvent déposer un FIR. Il existe deux types de crimes: les délits notoires et non identifiables. Les crimes cognisables incluent le meurtre, le viol, la délit, etc., tandis que les crimes non-identifiables incluent la fraude, la bigamie, la contrefaçon, etc. On peut également dire que les crimes qui nécessitent une attention urgente de la police sont des infractions dénonciables. Le FIR peut être déposé pour signaler un crime identifiable. Cependant, les délits non dénigrables doivent également être notés par la police dans le journal général qui sera repris par le magistrat qui ordonnera à la police d’enquêter.

10 personnes arrêtées le vendredi doivent être placées en garde à vue jusqu’au lundi

Une personne arrêtée ne peut pas être maintenue en détention pendant plus de 24 heures. La pratique illégale d’arrêter une personne le vendredi et de la maintenir en garde à vue jusqu’à lundi se poursuit sous l’excuse de l’indisponibilité d’un magistrat, alors que la vérité est qu’il y a toujours un magistrat de service, et que la personne peut être présentée devant le magistrat. après les heures d’audience, même à son domicile.

Au fur et à mesure que le pays vieillit, le système juridique est lui aussi confronté à de nombreux changements et amendements, conformément aux normes du monde en évolution rapide, ainsi que du pays. Il est important de faire des recherches approfondies sur les pratiques juridiques et les changements, avant de diffuser de fausses informations. Cela peut être trompeur et particulièrement dangereux dans de nombreux cas.

Aimez-vous lire «10 idées fausses sur la loi et l’ordre en Inde». Si vous pensez que nous avons manqué quelque chose qui devrait figurer dans la liste, veuillez nous en faire part. Écrivez votre opinion sur cette liste dans les commentaires.

Source d’enregistrement: wonderslist.com

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More