10 animaux moins connus avec des comportements alimentaires bizarres

17

Qu’est-ce qui correspond exactement à un régime bizarre dans le règne animal? Ils mangent des insectes, leur propre merde et parfois leurs propres enfants. Mais si vous pensiez avoir tout vu, jetez un œil à certaines de ces créatures aux comportements alimentaires bizarres. Certains d’entre eux sont étranges, tandis que d’autres semblent tout droit sortis de vos cauchemars. Comme celui-ci-

10 papillons de nuit à boire


Les scientifiques ont découvert une espèce de papillon de nuit à Madagascar en 2006, qui utilise sa trompe en forme de harpon pour pousser sous les paupières des oiseaux endormis et boire leurs larmes. Bien que les rapports de papillons de nuit qui rôdent dans la nuit à la recherche de larmes remontent à 1928, aucun n’avait été connu pour boire aux oiseaux.

Chaque nuit, ce papillon de nuit malgache se faufile sur les oiseaux endormis et étend sa trompe effrayante, un appendice oral en forme de harpon avec une pointe recouverte de pointes, le glissant sous les paupières des oiseaux où le crochet se verrouille en place. Lorsque les pointes de la trompe entrent en contact avec les yeux, l’irritation se traduit par la libération de larmes que le papillon boit alors joyeusement. On a observé que ces papillons s’accrochent au cou des oiseaux et se sucent les yeux pendant 35 minutes, tandis que les oiseaux ne montrent aucun signe de perturbation, ce qui est assez étonnant.

Il existe de nombreuses théories expliquant pourquoi ces papillons de nuit aiment se nourrir du chagrin des autres. Cependant, la théorie la plus courante est que les papillons de nuit boivent les larmes afin de reconstituer leurs réserves de sodium. Contrairement à nous, les humains qui ont un accès facile au sel, le papillon de nuit n’a aucun moyen d’acquérir du sodium, et le sol trouvé dans l’habitat naturel du papillon de nuit est assez pauvre en sodium. Les papillons de nuit ont besoin de sodium pour leur métabolisme quotidien ainsi que pour la reproduction. Lorsqu’un homme s’accouple avec une femelle, il donne environ les deux tiers du sodium stocké dans son corps à la femelle. Ensuite, la femelle utilise ce sodium pour pondre un tas d’œufs qui deviennent des papillons de nuit adultes et le cercle vicieux continue.

9 La fourmi coupeuse de feuilles


Contrairement aux autres entrées de cette liste, le régime alimentaire de cette petite fourmi ne semble pas être inspiré par un personnage de film d’horreur. Cependant, ce sont les seuls insectes connus pour cultiver de la nourriture. Ces merveilleuses petites créatures utilisent leurs puissantes mâchoires pour couper les feuilles et les transporter au nid. Chaque fourmi coupeuse de feuilles peut porter 10 fois son poids corporel. Après avoir atteint le nid, les fourmis ouvrières mâchent les feuilles en petits morceaux et les stockent dans des zones spéciales du nid appelées «chambres fongiques».

Les fourmis stockent la pulpe des feuilles en décomposition dans ces chambres avec leurs propres excréments, ce qui constitue un excellent terrain de reproduction pour certaines espèces de champignons. Le mélange de salive de fourmis, d’excréments et d’humidité produit l’engrais le plus étonnant connu des fourmis, qui aiment alors grignoter les cultures de champignons qu’elles ont cultivées. Ces fourmis ne peuvent pas digérer directement le matériel végétal, c’est pourquoi elles utilisent ce processus élaboré de culture de champignons pour répondre à leurs besoins nutritionnels. Ce qui rend ces fourmis beaucoup plus civilisées que certains de leurs frères sauvages qui tueront tout être vivant en vue et se nourriront de son cadavre mutilé.

8 Cymothoa Exigua


Imaginez que vous ayez acheté un poisson pour le dîner et que vous alliez le couper…. vous trouvez une minuscule paire d’yeux qui vous regarde de l’intérieur de la bouche du poisson mort. Lorsque vous tendez lentement la main pour ouvrir la bouche du poisson, la langue du poisson se lève et vous mord. Vous ne mangerez probablement pas de poisson pendant un certain temps après cet horrible incident, n’est-ce pas? Eh bien, à part la partie mordante, la plupart des autres trucs sont réels. La chose effrayante à l’intérieur de la bouche du poisson était en fait un parasite marin. En outre, il existe plusieurs rapports de personnes achetant du poisson, pour en trouver un logé à l’intérieur de la bouche du poisson.

Cymothoa exigua est un minuscule parasite marin appartenant à la classe des animaux appelés isopodes (crustacés apparentés aux crabes et aux homards). Cependant, contrairement à ses savoureux crustacés apparentés, ce bug sous-marin effrayant est fait de cauchemars. Il habite dans la bouche des poissons et se nourrit de leur langue. Il utilise ses pattes pour s’ancrer en place et le moment venu, il se reproduira à l’intérieur du corps du poisson.C’est vrai, il mange d’abord la langue du poisson, puis fait l’amour dans sa bouche.

Bien que Cymothoa exigua soit encore une larve, il nagera dans les océans à la recherche d’un poisson approprié à utiliser comme hôte. Lorsqu’il trouve le bon poisson, il nage rapidement à l’intérieur à travers les branchies et se fixe fermement à la base de la langue, en utilisant ses puissantes pattes arrière. Il perce ensuite la langue avec ses griffes et commence à sucer du sang. Au fur et à mesure que le parasite se développe, de moins en moins de sang atteint la langue et finalement l’organe s’atrophie. Le parasite s’attache alors aux muscles de la langue pour agir comme une sorte de pseudo-langue. Tous les mangeurs de langue sont nés de sexe masculin, mais si un deuxième mâle entre par les branchies d’un poisson qui a déjà un parasite logé à l’intérieur, le mangeur de langue plus âgé changera de sexe pour s’accoupler avec le mâle nouvellement introduit. Les larves produites par les rapports sexuels sont ensuite relâchées à la recherche d’un nouveau poisson savoureux pour se nourrir.

7 amphibiens qui se nourrissent de la peau de leur mère


Les caeciliens sont des créatures bizarres qui ressemblent à des vers de terre géants en raison de leurs longs corps segmentés, mais qui sont en fait des amphibiens, liés aux grenouilles et aux salamandres. Ce sont des animaux fouisseurs que l’on trouve principalement dans les sols tropicaux et peuvent atteindre 1,50 mètre. Cependant, le fait le plus intriguant (et totalement dégoûtant) de ces bestioles est que les céciliens nouvellement éclos passent leurs premiers jours à manger la peau de maman. En fait, ils se nourrissent de peau jusqu’à ce qu’ils soient assez grands pour quitter le nid et chasser pour eux-mêmes.

Les caeciliens fraîchement éclos sont équipés de dents acérées comme des rasoirs et d’une bouche assez grande par rapport à leur corps. Immédiatement après l’éclosion, ils entrent dans une frénésie dévoreuse de peau et certains d’entre eux se battent même les uns avec les autres sur le même morceau de peau. D’après ce que les scientifiques ont observé, la mère n’a en aucun cas été blessée pendant que les bébés lui déchiraient la peau de manière horrible, en fait, elle a développé un type spécial de peau qui se détache facilement et est riche en nutriments, juste dans le but de nourrir ses petits. ceux. Et elle peut faire pousser une nouvelle couche de peau tous les trois jours, afin que les petits démons puissent continuer à se nourrir d’elle.

6 Jaegers parasites


Les jaegers parasites, alias les skuas arctiques, font partie des oiseaux de mer les plus agressifs au monde. Ce sont des kleptoparasites, ce qui signifie qu’ils volent la nourriture d’autres espèces. Ils harcèlent souvent d’autres oiseaux tels que les sternes, les macareux ou les mouettes qui transportent du poisson ou tout autre prix à leur nid pour leurs petits. Ces maniaques ailés plongeront en bombe et picoreront les autres oiseaux dans les airs, les forçant à régurgiter leur nourriture par terreur. Ensuite, les skuas avalent les restes à moitié digérés avec grand plaisir, et retournent à l’intimidation de certains oiseaux plus travailleurs qui sont sur le chemin du retour.

Chaque fois que les skuas ne sont pas occupés à chasser d’autres oiseaux, ils chassent de petits mammifères, des poissons et des insectes. Les skuas sont également connus pour manger des œufs d’oiseaux (oui, ils volent les œufs du nid). Cependant, le vomi volé forme jusqu’à 95% du régime alimentaire des skuas en hiver. Chaque fois que la cible est trop grande pour être manipulée par un seul skua, tout un groupe de skuas se liguera dessus et la poursuivra pour l’éternité jusqu’à ce qu’elle laisse tomber sa nourriture. poursuivront leur proie et la picoreront à mort avec leur bec acéré, comme une bande de gangsters aviaires impitoyables.

5 Le bug de l’assassin


Alors que le monde des insectes est rempli de créatures terrifiantes dont la seule raison de vivre est de déchirer d’autres insectes et de les manger, le virus assassin fait son travail de manière plus discrète. Evolution a affiné chaque partie de cette petite créature dans le but de tuer, de son museau venimeux à ses puissantes pattes antérieures. En fait, la punaise est capable de tuer des insectes beaucoup plus gros qu’elle-même et son venin peut également causer une douleur extrême aux humains adultes, bien qu’il ne soit pas mortel.

Plusieurs espèces de punaises assassins existent à travers le monde, chacune avec sa propre méthode de tuer les proies, certaines utilisent même le camouflage et le mimétisme pour attirer leur proie dans la zone d’attaque. Par exemple, un type de bug d’assassin se gare sur les toiles des araignées et des remorqueurs sur les ficelles pour imiter un insecte piégé.. Lorsque l’araignée s’approche pour enquêter, l’assassin la transforme en une collation rapide. Malgré leurs techniques de chasse diverses, la plupart des insectes assassins sont équipés de la même arme – un long appendice oral devant leur tête qui sécrète une substance chimique toxique. Ils tiennent leur proie avec leurs pattes avant puissantes et la transpercent avec ce museau, en quelques secondes la toxine liquéfie les entrailles de l’insecte, après quoi ils sucent les intérieurs liquéfiés avec leur museau, comme nous sirotons un smoothie. Tout ce qui reste de leur proie est l’exosquelette, que certaines espèces d’insectes assassins portent comme camouflage pour inciter leur proie à se rapprocher. Maintenant, c’est vraiment intelligent pour un bug, non?

4 lamproies


D’accord, nous avons un nouveau prétendant au titre de «créature la plus dégoûtante que vous ayez jamais vue », et il s’appelle la lamproie. Sa bouche en forme de scie circulaire est remplie de plusieurs rangées de dents en forme de crochet conçues pour s’accrocher à toute créature vivante qui ose nager à proximité. Les lamproies vivent dans les eaux côtières et douces et se trouvent dans les régions tempérées du monde entier, à l’exception de l’Afrique.

Je ne sais pas si maman a traîné jusqu’à ce que tous les œufs éclosent, mais la lamproie a vraiment un visage que seule une mère pourrait aimer. Ils n’ont pas de mâchoires, mais leurs bouches circulaires sont soutenues par des anneaux de cartilage. Lorsqu’une lamproie mord un poisson, ses multiples rangées de dents s’enfoncent dans la peau du poisson, ancrant fermement la lamproie à ses côtés. Ensuite, il se régale du sang du poisson, collé à ses flancs depuis que le poisson impuissant n’a pas les mains pour se libérer de l’emprise des lamproies. Cependant, les dents de la lamproie ne sont pas acérées et sont en fait accrochées vers l’arrière, elles n’existent que pour aider la lamproie à s’accrocher à la peau de sa proie. Le vrai dommage est causé par la langue épineuse de la lamproie, qui a de petites structures pointues partout pour gratter les tissus et le sang sous la peau du poisson.

Cependant, les lamproies ne sont pas toutes mauvaises, leur corps est en fait un réservoir d’informations génétiques. Après tout, ces poissons existent depuis un demi-milliard d’années. En outre, chaque lamproie a les pouvoirs régénératifs du carcajou, capable de se régénérer à partir d’une moelle épinière sectionnée. Les biologistes travaillent dur pour déchiffrer le code derrière l’incroyable régénération des lamproies et quand ils le font, la paralysie et la vieillesse pourraient devenir une chose du passé.

3 fourmis Dracula


Cette espèce de fourmis récemment découverte rend les scientifiques fous du monde entier. Bien qu’ils s’y intéressent principalement en raison de sa ressemblance morphologique avec les guêpes des temps modernes, la chose vraiment bizarre à propos de cette fourmi est la façon dont elle se nourrit. Comme vous l’avez peut-être deviné d’après son nom, c’est un insecte buveur de sang. Mais il ne boit pas le sang des humains ou des animaux, ce qui est plutôt un soulagement puisque vous ne pouvez qu’imaginer le genre de terreur qu’une horde de fourmis vampires provoquerait. Au lieu de cela, il se nourrit du plasma sanguin de ses propres larves. Oui, ces fourmis mâchent leurs petits jusqu’à ce que les fluides se répandent hors de leur corps, puis elles le boivent.

Des fourmis vampires ont été découvertes dans de nombreux endroits à travers le monde et sont connues pour être composées de plusieurs espèces. Ces insectes seraient le «chaînon manquant» entre les fourmis et les guêpes. Ce qui signifie que le secret de la façon dont les fourmis modernes ont évolué à partir d’anciennes guêpes pourrait se trouver dans l’ADN de ces insectes. Contrairement à toutes les autres espèces de fourmis, leurs abdomens sont directement reliés à leur taille, tout comme les guêpes. Leur comportement alimentaire étrange est certainement dégoûtant, mais il est en fait assez similaire à certaines autres espèces de fourmis. Par exemple, les fourmis de feu adultes ne peuvent pas digérer les aliments solides par elles-mêmes, alors elles les donnent à leurs larves à manger. Les fourmis ouvrières déposent les morceaux de nourriture solides dans la pépinière pour que les plus petits puissent les mâcher. Ensuite, les larves régurgitent la nourriture semi-digérée, que les adultes peuvent enfin manger pour obtenir des nutriments vitaux. C’est également le cas des fourmis Dracula, elles donnent aussi de la nourriture solide à leurs petits. Mais contrairement aux autres fourmis, ces gars ne comptent pas sur le vomissement de leurs enfants. Ils utilisent leurs mâchoires acérées pour trancher les larves et se nourrir de leur sang, qui agit comme une sorte de boisson énergisante pour les adultes. Les jeunes ne sont pas tués, mais ont des cicatrices sur tout le corps. Ce comportement étrange a été qualifié de «cannibalisme non destructeur» par les biologistes, bien que la plupart des gens l’appellent «manger ses enfants pour le déjeuner». mais sont laissés avec des cicatrices sur tout le corps. Ce comportement étrange a été qualifié de «cannibalisme non destructeur» par les biologistes, bien que la plupart des gens l’appellent «manger ses enfants pour le déjeuner». mais sont laissés avec des cicatrices sur tout le corps. Ce comportement étrange a été qualifié de «cannibalisme non destructeur» par les biologistes, bien que la plupart des gens l’appellent «manger ses enfants pour le déjeuner».

2 scarabées enterreurs


Ces coléoptères sont les pompes funèbres du monde des insectes, des pompes funèbres qui adorent manger la chair puante des animaux morts et en décomposition. Ils peuvent être trouvés partout dans le monde et se nourrissent de carcasses de petits mammifères et d’oiseaux. Leurs antennes peuvent capter l’odeur des cadavres sur de longues distances, généralement dans l’heure qui suit la disparition des animaux. Et les coléoptères doivent atteindre le site rapidement, sinon ils perdront le prix au profit d’une autre créature aimant la charogne, comme un corbeau ou même un autre coléoptère enterreur. Si deux ou plusieurs coléoptères enterreurs tombent sur la même carcasse, ils se battront pour les droits de fouille, le gagnant étant le plus gros coléoptère.

Si le coléoptère qui trouve la carcasse est un seul mâle, il libère une phéromone chimique dans l’air qui est essentiellement un signal pour toutes les femelles proches de venir s’accoupler avec lui. Et les coléoptères enterreurs femelles creusent totalement les mâles qui sont les propriétaires d’un gros tas de chair en décomposition. Une fois que les femelles se sont présentées, le couple entame un processus long et complexe qui rendra la charogne éligible à une consommation future. Ils commencent par raser toute la fourrure et les plumes du corps de l’animal mort. Ensuite, ils utilisent leur bouche et leur anus pour émettre une sécrétion riche en protéines qui agit comme un conservateur, gardant la chair exempte de microbes. Après cela, ils enroulent la carcasse en boule et font une petite incision dans le haut. Ensuite, ils couvrent le tout avec des plumes et de la fourrure, après quoi ils l’enterrent dans le sol.

Lorsque les jeunes éclosent, maman leur offre un repas nutritif de chair en décomposition, recouverte de sécrétions anales. Et les larves de coléoptères adorent ça, en fait, elles caressent les mandibules des mamans avec leurs minuscules antennes, la suppliant de les nourrir. Ensuite, la mère mâche des morceaux de chair pourrie et les régurgite dans la bouche des petits. En fait, les coléoptères enterreurs sont des parents très attentionnés et maman et papa restent pour prendre soin de leurs petits après l’accouplement, ce que nous ne voyons pas chez la plupart des espèces d’insectes. Après environ deux semaines d’alimentation, les larves quittent le nid et commencent à se nymphoser.Après 48 à 60 jours, les larves émergent à l’âge adulte et le cycle recommence.

1 bousier


Les bousiers sont connus pour passer toute leur vie à rouler des boules de caca et à les pousser. Ce sont des insectes coprophages, ce qui signifie qu’ils mangent avec les excréments d’autres animaux. Le dendroctone du fumier commence sa journée en volant à la recherche d’un beau tas d’excréments malodorants. Les coléoptères préfèrent les excréments d’herbivores tels que les bovins ou les troupeaux d’éléphants, car ils contiennent des morceaux et des jus non digérés dont les coléoptères tirent leur dose quotidienne de nutrition. Ils n’ont vraiment pas besoin de boire ou de manger quoi que ce soit d’autre, tous leurs besoins nutritionnels sont satisfaits par le caca. Les coléoptères peuvent sentir l’odeur de la bouse de loin, et des hordes d’entre eux se rassemblent autour des excréments de bétail. Si les coléoptères ne sont pas en couple, il y a de fortes chances qu’ils trouvent un partenaire près de la bouse. Les mâles proposeront aux coléoptères femelles en enroulant une belle boule puante de matières fécales et en la lui offrant. Si la coccinelle est impressionnée, elle va s’accrocher au mâle pendant qu’il fait rouler la balle vers un site de nidification, où ils finiront par s’accoupler. Quelques coléoptères du fumier trouveront une parcelle de terre molle pour creuser un trou, puis y enterreront la balle. Ils creusent ensuite des tunnels dans le sol entourant les excréments. Ensuite, la femelle va s’accoupler avec le mâle dans le tunnel et peu de temps après, elle pond ses œufs à l’intérieur du tas de merde. Et lorsque les larves de coléoptères éclosent, leur maman leur donne un repas nutritif de caca puant. La larve de coléoptère préfère manger les morceaux solides non digérés dans la bouse, tandis que les adultes ne boivent que le jus. Cependant, malgré leurs habitudes alimentaires merdiques, les coléoptères du fumier sont en fait des créatures assez intéressantes. Ils sont les Ensuite, la femelle va s’accoupler avec le mâle dans le tunnel et peu de temps après, elle pond ses œufs dans le tas de merde. Et lorsque les larves de coléoptères éclosent, leur maman leur donne un repas nutritif de caca puant. La larve de coléoptère préfère manger les morceaux solides non digérés dans la bouse, tandis que les adultes ne boivent que le jus. Cependant, malgré leurs habitudes alimentaires merdiques, les coléoptères du fumier sont en fait des créatures assez intéressantes. Ils sont les Ensuite, la femelle va s’accoupler avec le mâle dans le tunnel et peu de temps après, elle pond ses œufs à l’intérieur du tas de merde. Et lorsque les larves de coléoptères éclosent, leur maman leur donne un repas nutritif de caca puant. La larve de coléoptère préfère manger les morceaux solides non digérés dans la bouse, tandis que les adultes ne boivent que le jus. Cependant, malgré leurs habitudes alimentaires merdiques, les coléoptères du fumier sont en fait des créatures assez intéressantes. Ils sont lesles animaux les plus forts du monde en termes de rapport poids-force. Les coléoptères mâles sont capables de produire 1 141 fois leur propre poids corporel. C’est l’équivalent d’un homme moyen tirant un char de combat m1 de 70 tonnes. Les bousiers sont capables d’utiliser le cosmos pour naviguer, en fait, certains bousiers nocturnes utilisent le clair de lune polarisé pour ramener leur boule de caca à la base. Ils poussent le ballon avec leurs pattes arrière et le roulent toujours en ligne droite jusqu’à ce qu’ils arrivent à la maison.

Auteur – Anant Yash Pandey

Source d’enregistrement: www.wonderslist.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More