La conception Web à l’ère de la surcharge d’informations

3

Il y a beaucoup de contenu là-bas. Beaucoup. C'est partout sur Internet – dans le marketing de contenu, les mises à jour des médias sociaux et les blogs. Certes, les utilisateurs individuels contribuent leur propre contenu. Mais les mises à jour de statut et les articles de blog de la personne moyenne sur des intérêts de niche ou leur vie quotidienne sont des changements de rechange par rapport à la quantité écrasante de contenu créé par les entreprises.

Alors que l'ère du spam et des tactiques de référencement Black Hat est en déclin, le contenu Web de mauvaise qualité est toujours endémique. Qu'est-ce qu'un designer doit faire ?

Le problème : le Web est "infoxiqué"

En tant que concepteur dans le monde de la création de contenu, vous avez probablement entendu un ou plusieurs des mots à la mode suivants :

  • Surcharge d'information
  • Choc de contenu
  • Futur choc
  • Infobésité
  • Attention crash

Ils signifient tous la même chose : à terme, la quantité d'informations produites nous submergera. Les analystes du marché, les futuristes et d'autres types de voyants prédisent l'arrivée de la surcharge d'informations depuis des décennies. Essentiellement, la quantité de contenu disponible (offre) dépassera la quantité de contenu pouvant être consommée (demande).

Faits, chiffres et prévisions

Début 2014, Mark Schaefer, directeur exécutif de Schaefer Marketing Solutions et stratège de contenu de longue date, a publié un article controversé qui a suscité beaucoup d'attention – et beaucoup de réactions négatives – de la part d'autres grands créateurs de contenu.

L'argument de Schaefer? Le marketing de contenu n'est pas destiné à durer. Avec autant d'informations encombrant le Web, seules les grandes marques bien financées auront le capital nécessaire pour produire et publier un contenu de haute qualité, et elles étoufferont la concurrence. En conséquence, les petites entreprises et les startups ne seront pas en mesure de suivre ou de percer dans le monde du contenu en ligne.

Selon Schaefer, la quantité de contenu sur le Web double tous les 9 à 24 mois. De plus, grâce à Internet Archive et à Wayback Machine, de nombreuses pages qui seraient autrement supprimées et perdues dans l'éther sont désormais stockées dans une archive en ligne que les consommateurs peuvent consulter. Internet Archive catalogue des informations depuis 1996 et croît actuellement à un rythme d'environ 20 téraoctets par semaine.

Bruit de contenu, selon les experts

Si la surcharge d'informations est le phénomène, alors le bruit de contenu en est la cause. Marcel Digital, une agence de marketing en ligne et de conception Web, a mené une série de petits entretiens avec des leaders de l'industrie dans le domaine du marketing de contenu, représentant des marques comme Moz, Search Engine Land et KISSmetrics. Marcel leur a demandé de fournir leurs propres définitions du bruit de contenu, ainsi que d'identifier à quoi il ressemble.

Le consensus? Le mot «bruit» fait référence à un contenu qui prend beaucoup de place et demande beaucoup d'énergie, sans fournir grand-chose – ou rien du tout – en retour.

Voici un bref résumé des opinions des experts :

  • Le bruit du contenu exige l'attention des lecteurs mais n'apporte que peu ou pas de valeur en échange du temps passé à le lire. En conséquence, les consommateurs sont beaucoup plus susceptibles d'ignorer le futur contenu que vous créez, ce qui conduit plus généralement à une culture en ligne de déficit d'attention.
  • Le bruit du contenu est duveteux – il n'apprend rien de nouveau au lecteur.
  • Le bruit du contenu conduit les entreprises à l'échec, car il n'a que peu ou pas d'influence sur le comportement des clients, à part conditionner les consommateurs à ignorer les futurs éléments de contenu créés par la même entreprise.
  • Le bruit du contenu manque de profondeur et de perspicacité – au lieu de cela, il répète les mêmes déclarations fatiguées que d'autres producteurs de contenu ont publiées. Il fournit peu de recherches statistiques ou factuelles pour étayer ses affirmations.
  • Le bruit de contenu n'a pas d'audience spécifique à l'esprit – ou, il est créé pour le mauvais public. Il peut avoir un public cible, mais sans une recherche approfondie sur les besoins ou les activités du public cible, cela ne suffira pas à gagner sa confiance.
  • Fluff n'est qu'un type de bruit de contenu. Du bruit est également généré lorsque de grandes entreprises accordent une publicité exclusive ou d'autres avantages aux créateurs de contenus prétendument neutres, avec le programme subtil et souvent carrément obscur de promouvoir leur propre marque.

Comme vous pouvez le voir, le bruit du contenu est omniprésent. Une abondance d'éditeurs en ligne servent uniquement de lieux pour les messages d'invités mal écrits, créés à des fins de référencement et pour créer des backlinks à suivre. Avec peu de contrôle de qualité et une production massive de contenu publié, il est facile de repérer un site comme celui-ci, en particulier parce que leurs sites Web sont mal conçus et, souvent, carrément impossibles à naviguer.

Tout se résume donc à ceci: il y a beaucoup de contenu sur Internet. Beaucoup. Mais en tant que spécialiste du marketing, que pouvez-vous faire à ce sujet ?

La conception Web peut différencier votre contenu

Les spécialistes du marketing de contenu sont d'accord : un contenu de haute qualité est le principal élément d'une stratégie qui brise le bruit. Mais ce n'est pas le seul.

Considérez certains des meilleurs créateurs de contenu de l'industrie du marketing numérique. Les experts qui ont répondu à l'enquête de Marcel Digital représentent quelques-uns de ces leaders, aux côtés des blogs de sites tels que HubSpot, Convince and Convert, Marketing Sherpa, etc.

Bien que le ton et les types de contenu spécifiques qu'ils produisent diffèrent, ces leaders de l'industrie ont tous quelque chose en commun : une conception Web de haute qualité. C'est une stratégie beaucoup moins discutée pour lutter contre le bruit du contenu, mais c'est aussi tout aussi efficace.

Pour l'internaute moyen, le choix de passer au crible la surcharge pour accéder aux informations utiles n'est guère conscient. Au lieu de cela, les utilisateurs gravitent naturellement vers un contenu bien écrit qui est présenté d'une manière facile à digérer ; ergo, la qualité dépend d'une combinaison intelligente des deux facteurs.

Lorsqu'il s'agit de concevoir une page Web pour lutter contre le bruit du contenu, vous voudrez suivre les principes de base de la conception Web – et plus encore. Un certain nombre de facteurs différents entrent dans une bonne conception de sites Web. Optimisez la lisibilité et la navigabilité, et créez une mise en page qui présente le contenu sur lequel vous souhaitez que vos lecteurs se concentrent.

Voici quelques bonnes pratiques pour créer un site Web afin de compléter le contenu que vous avez produit pour briser le bruit.

Utiliser les neurosciences Internet pour placer des éléments de conception

Fabian Stetzer, PDG d'EyeQuant, estime que la conception Web doit tenir compte du cerveau humain et du mouvement visuel – c'est-à-dire que les neurosciences peuvent nous dire comment nous interagissons avec le Web. C'est une théorie intéressante et a un grand potentiel pour les concepteurs. Regardons de plus près.

EyeQuant lui-même est un programme d'intelligence artificielle conçu pour montrer précisément quelles zones les utilisateurs sont les plus susceptibles de concentrer leur regard (et, accessoirement, leur attention) sur une page Web donnée.

Ses algorithmes dérivent de multiples études de suivi oculaire et de recherches neuroscientifiques, utilisant le mouvement de l'œil humain lorsqu'il regarde des écrans d'ordinateur et des articles de vente au détail réels. En un mot, le programme prédit où les utilisateurs sont les plus susceptibles de regarder sur une page Web.

Par exemple, dans le cas de la page d'accueil de Google, le programme montre comment les yeux gravitent d'abord vers le logo Google. Par conséquent, le logo dirige le regard vers l'élément central du site: son champ de recherche.

Sur Amazon, EyeQuant montre comment les utilisateurs regardent d'abord vers le centre de l'écran. Rapidement, leurs yeux gravitent vers des graphismes reconnaissables – y compris des visages humains, des images de produits faisant l'objet d'une promotion et du texte en gras. Ces informations sont inestimables pour les concepteurs de sites Web marketing, qui peuvent utiliser le programme pour optimiser l'expérience du spectateur et augmenter les ventes.

La conclusion est donc que l'impact visuel est un élément essentiel d'une conception Web qui se distingue du bruit du contenu. Le programme montre également que la conception d'éléments individuels d'une page Web ne suffit pas ; le contexte est tout aussi important. Selon Stetzer, "Si tout le monde est habillé en rouge, être vert gagne."

Concevez un titre qui compte

Briser le bruit signifie s'assurer que vos visiteurs savent exactement ce qu'ils obtiennent lors de leur visite. Évitez de leur faire perdre leur temps en plaçant un titre bien en vue qui indique clairement à votre spectateur ce qui l'attend.

Pour les moteurs de recherche, le seuil d'acceptabilité en termes de temps de chargement des pages Web est de 2 secondes ou moins. Votre titre ne peut contenir que quelques mots, mais – si vous le placez intelligemment dans la conception de votre page – ce sera le premier élément de contenu que vos téléspectateurs verront. Ils l'utiliseront pour évaluer si votre contenu correspond à leurs besoins ou à leurs intérêts.

Les blogueurs de KISSmetrics ne recommandent pas d'essayer d'entasser une grande idée dans votre petit titre. Il n'a pas à plaire à tous les visiteurs ; ce qu'il devrait faire, c'est attirer les 20 à 35% de visiteurs qui composent votre public cible.

En termes de conception, votre titre doit utiliser une taille de police considérablement plus grande que n'importe quel texte qui le suit. Utilisez une couleur à contraste élevé pour la distinguer de l'arrière-plan et rendez le texte environnant légèrement plus discret pour l'empêcher de concurrencer le titre. Si le titre n'est pas la première chose qui vous attire sur la page, il ne fait pas son travail.

Donnez aux lecteurs une marge de manœuvre avec un design minimaliste

La conception minimaliste est un moyen infaillible de s'assurer que tout contenu que vous présentez est au centre de votre site – et, en plus, de lui donner un peu d'espace pour respirer. La conception Web minimaliste s'est historiquement concentrée sur les besoins de l'utilisateur, en lui donnant précisément ce qu'il recherche rapidement et sans effort de sa part.

Dans une certaine mesure, la popularité généralisée de la navigation Internet mobile est à remercier pour la résurgence du minimalisme dans le design. Alors que les appareils mobiles devenaient de plus en plus optimisés pour le Web, les concepteurs devaient éliminer tout élément de conception superflu qui nuirait au contenu. La suppression de ces sites avait également l'avantage supplémentaire de réduire considérablement les temps de chargement.

Au cœur du minimalisme, il faut déterminer quels éléments sont les plus importants. Considérez le but de votre site. Si un élément de conception ne prend pas en charge l'objectif de votre site, il ne vaut pas la peine de le conserver, alors jetez-le. Gardez le nombre de couleurs au minimum et utilisez largement les espaces blancs.

Enfin, que voulez-vous que les utilisateurs fassent ? En d'autres termes, quel est l'appel à l'action ? Souhaitez-vous que les utilisateurs téléchargent un livre électronique, s'inscrivent à votre newsletter ou commentent un article de blog ?

Rendez le formulaire d'inscription ou de commentaire simple, sans longues explications ni trop de champs d'information. Si les utilisateurs accèdent à votre site depuis un mobile, ils seront encore moins patients que les utilisateurs de bureau.

Optimisez la navigation pour donner aux téléspectateurs des lieux d'engagement

Vos visiteurs doivent concentrer leur attention sur ce que vous voulez qu'ils voient, mais s'ils ne sont pas intéressés par cette page particulière, vous devez leur donner la possibilité d'explorer le reste de votre site. Alors que certains utilisateurs fermeront la fenêtre s'ils ne trouvent pas ce qu'ils recherchent sur la page où ils ont atterri, certains membres de votre public cible seront enclins à regarder ailleurs sur votre site pour voir si d'autres contenus résonnent avec leur Besoins.

C'est là que la conception de la navigation entre en jeu.

La navigation doit être facile à identifier et encore plus facile à utiliser. Des éléments de design minimaliste s'appliquent ici aussi ; si les menus de navigation incluent trop de liens, les utilisateurs peuvent se sentir dépassés. N'oubliez pas que nous essayons de nous démarquer de la présence écrasante de bruit de contenu – pas d'y ajouter! Généralement, le maximum que vous devriez viser est de cinq à dix éléments de menu de navigation.

Les utilisateurs doivent savoir où ils se trouvent sur votre site. Ils doivent également savoir comment revenir à une page précédente ou comment trouver la page d'accueil. Si l'interface de votre site est complexe, vous ne pouvez pas supposer que vos visiteurs sauront comment interagir avec elle.

Par exemple, bien que le défilement parallaxe soit un outil très efficace pour engager un utilisateur avec votre contenu, ce n'est pas toujours la méthode la plus évidente pour l'envoyer sur une page. Assurez-vous que vos visiteurs savent quoi faire lorsqu'ils arrivent sur votre site. Si vous voulez qu'ils fassent défiler vers le bas, placez une flèche directionnelle ou une simple commande pour leur faire savoir comment ils doivent interagir avec votre site.

Réflexions finales : la surcharge d'informations ne doit pas nécessairement être une mauvaise chose

Internet offre aux entreprises une plate-forme inestimable pour communiquer avec les consommateurs. Selon une étude menée à l'Université Northwestern, "Très peu d'Américains se sentent embourbés ou dépassés par le volume de nouvelles et d'informations à portée de main et sur leurs écrans". Au lieu de cela, ils se sentent enthousiasmés par la diversité des options pour recevoir des nouvelles et rechercher des informations.

Ainsi, bien que le bruit du contenu soit un problème, il est également important de noter que les internautes disposent – ​​et utilisent – ​​une multitude d'outils pour contrôler la quantité de données avec lesquelles ils interagissent. Ils peuvent se désabonner, se désabonner, se déconnecter, naviguer incognito, bloquer, ne plus suivre, désactiver le son et, bien sûr, appuyer sur le bouton « off ». En tant que concepteur et créateur de contenu, votre travail consiste à fournir un refuge contre le bruit avec une expérience client unique et précieuse.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More