10 façons dont les Européens torturent les animaux en tant que tradition

0

On pourrait penser qu’infliger des tortures à des animaux – comme les avaler vivants dans le ventre humain ou les enfoncer dans le pantalon d’un homme pendant des heures – doit être traité comme des crimes odieux, tout comme s’ils avaient été infligés aux humains. Mais vous vous trompez. Depuis des siècles, utilisant la ruse de la tradition et des coutumes, les hommes et les femmes recherchent le plaisir en torturant les animaux. Cela s’appelle le «zoosadisme». N’oubliez pas que si vous considérez la vie des créatures inférieures comme moins précieuse que la vôtre, alors les riches et les puissants ont parfaitement le droit de traiter votre vie moins précieuse que la leur. Ici, nous avons compilé une liste de certains festivals bizarres qui montrent comment les Européens torturent les animaux pour le plaisir.

Les 10 façons dont les Européens torturent les animaux au nom de la tradition:

10 Palio en Italie

Deux fois par an, un événement de courses de chevaux appelé «Palio» a lieu à Sienne, en Italie. Palio est tristement célèbre pour ses taux de mortalité et si l’on en croit l’association italienne de protection des animaux, ce jeu absurde a tué jusqu’à 49 chevaux depuis 1970. Auparavant, les cavaliers étaient liquorés afin de faire pomper leurs testostérones et sans se souciant deux pailles des pauvres animaux qu’ils montaient. Un peu d’espoir pour l’humanité a brillé en 2011, lorsque le gouvernement italien a refusé d’inclure la course sur sa liste d’événements officiels du patrimoine culturel; cela a été fait spécifiquement pour reconnaître les explosions provoquées par la mort de chevaux dans la course.

9 Lutte hippique en Espagne

Depuis 400 ans, une certaine tradition «Rapa das Bestas» se déroule en Galice, en Espagne. Rapa das Bestas est un autre nom pour «terroriser et torturer pour le plaisir». Un beau jour, les habitants ivres de Galice grimpent sur une colline et chassent des chevaux sauvages dans la ville où ils les combattent au sol et leur coupent la crinière et la queue. Cette folie dure tout l’été. Bien que les groupes de protection des animaux aient critiqué avec véhémence cette tradition, malheureusement, une telle publicité négative ne fait qu’assurer un plus large public.

Trucs supplémentaires: Voici quelques photos de «Rapa das Bestas »; jetez un œil car vous aurez du mal à comprendre la différence entre l’homme et la bête.

8 Avaler un poisson vivant en Belgique

À Geraardsbergen, en Belgique, les trente mille habitants participent à un festival annuel nommé Krakelingen. Comme tout autre festival, Krakelingen fait danser et chanter les citadins sur leurs orteils tout en défilant dans la ville. Ce défilé se dissout au pied d’une colline, où les gens se rassemblent pour regarder leur maire avaler un poisson vivant dans un gobelet en argent du XVIe siècle. Avant la décision de justice de 2001, tous ceux qui se pressaient au pied de la colline étaient autorisés à avaler un poisson; c’était une cérémonie collective à l’époque. Manger un poisson vivant était considéré comme une renaissance métaphorique par les stupides Geraardsbergeniens.

7 Catapulting de cailles en Espagne

Chaque année, les habitants de Valence en Espagne collectent un certain nombre de cailles et les chargent dans un canon, les font exploser dans le ciel, pour le plaisir. Les oiseaux utilisés pour jouer à ce jeu sont des nourrissons, nés il y a seulement quelques semaines. Après un boulet de canon, les bébés oiseaux meurtris sont à nouveau chargés dans un fusil de chasse et tirent dans le ciel où leurs corps sont dispersés en morceaux. Croyez-le ou non, il y a même un club dédié à ce jeu insensé et les gens sont souvent connus pour se rassembler pour regarder des cailles catapulter.

6 Décapiter l’oie en Espagne

Dans la petite ville de Lekeitio, un certain prévaut de la tradition de 350 ans où le saint patron du festival est célébré en suspendant une oie le long de la corde tendue à travers le port et ont des gens tirer au cou de l’oie jusqu’à ce que sa tête se détache. Personne ne sait vraiment comment tout a commencé. Le bon côté de l’histoire est qu’en raison des changements dans les lois, les oies sont maintenant tuées avant d’être enchaînées.

5 Lancer une chèvre sur un bâtiment d’église en Espagne

On dirait que l’Espagne est en tête de notre liste des ennemis des animaux; après les cailles, les chevaux et les oies, c’est l’heure de la chèvre. Chaque année, les villageois de Manganeses de la Polvorosa célébrer «Le San Vicente de Martyr» Festivalen jetant une chèvre d’un bâtiment d’église. Selon la légende, tout a commencé lorsque la chèvre d’un prêtre, qui avait nourri de nombreux pauvres avec son lait, est tombée du bâtiment de l’église mais a été sauvée par les citadins à l’aide d’une couverture. Depuis lors, les chèvres sont jetées et sauvées chaque année habituellement. Les croyants de cette tradition affirment que la chèvre qui ne tombe que d’une hauteur de 15 pieds ne se blesse pas. Cependant, les militants des droits des animaux estiment avec véhémence qu’il est barbare de terroriser un animal juste pour le plaisir. Bien qu’en 1992, la fureur contre cette étrange tradition ait persuadé le gouverneur local d’interdire le lancer de la chèvre (qui a été remplacé par l’abaissement de la chèvre avec des cordes) l’année suivante, l’ancienne tradition a été reprise.

4 Battre le chat avec un bâton en Allemagne

Ainsi, un chat est mis dans un sac, puis le sac est placé dans une boîte, après quoi des fous commencent à frapper la boîte jusqu’à ce que le chat commence à hurler. Et ce «jeu» est connu sous le nom de «tomcat poking». Originaire du moyen âge, cette tradition a trouvé des admirateurs même de nos jours. En 2004, un groupe célébrant l’enterrement de vie de garçon dans le village de Wiednitz, dans l’est de l’Allemagne, a décidé de mettre un chat dans un sac et l’a enfermé dans une caisse qui avait un trou percé sur le côté. Les yeux bandés, ils ont poussé le manche à balai à travers le trou pour faire crier le chat pendant que d’autres cognaient sur la caisse. Le chat a été libéré après 45 minutes de torture.

3 Un furet à l’intérieur du pantalon en Angleterre

À moins d’être un passeur, vous ne penseriez pas à le faire. Le Yorkshire, en Angleterre, est le lieu d’origine d’un sport cruel et bizarre ” où un furet vivant affamé est fourré dans le pantalon du participant et le participant est osé garder l’animal près de son entrejambe pendant cinq heures et demie. On pense que le jeu est né parmi les mineurs pour montrer qui était le plus viril de tous «en faisant quelque chose qu’aucune personne sensée ne rêverait de faire». Plus tard, nous supposons que le jeu est devenu un passe-temps et a été nommé «legging de furet».

2 Lapidation de l’âne en Espagne

Tout d’abord, permettez-moi de préciser que nous n’avons rien contre les Espagnols. Votre pseudo-popularité parmi les amoureux des animaux est entièrement de votre faute.

L’histoire raconte qu’il y a quelques années un violeur dangereux et détesté de Villanueva de la Vera a finalement été attrapé et puni en l’attachant à un âne, qui a défilé dans les rues puis le conduisant hors du village a été exécuté par lapidation. Chaque année, l’incident est rappelé et reproduit. Mais comme le condamné est mort, seuls les ânes sont lapidés pour un crime qu’ils n’avaient pas commis. Des ânes sélectionnés défilent dans les rues, se moquent, giflent et frappent avec des pierres, et même des pétards explosent entre ses jambes. Lorsque l’âne tombe, ils le traînent sur ses pieds et recommencent le processus. Ils appellent cette inhumanité le «festival de Pero Palo».

1 Brûler le visage du taureau en Espagne

Oui, le visage. Sérieusement. Si vous ne me croyez pas, regardez la vidéo.

Fidèles à l’incroyable intérêt espagnol pour les taureaux, les simples gens d’un petit village nommé Medinaceli, savonnent un taureau avec du goudron et lui mettent le feu au visage. Connu sous le nom de «Toro Jubilo», dans ce cas, le taureau est allumé puis relâché pour charger librement autour de la place de la ville. Le groupe de défense des animaux PETA affirme que le taureau enragé et effrayé se déchaîne qui peut durer des heures; la pauvre créature est finalement défigurée et aveuglée.

Source d’enregistrement: www.wonderslist.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More